Vous contactez l'organisme valideur (ou certificateur) compétent pour valider et délivrer le diplôme que vous visez.
L’organisme valideur vous remet le formulaire de candidature, et vous apporte une information détaillée sur la procédure VAE.
Vous remplissez le formulaire de candidature, vous joignez les justificatifs d’expérience, et vous  retournez le formulaire complété à l’organisme valideur.

Ce dossier permet à l'autorité ou l'organisme de se prononcer sur la recevabilité de la demande du candidat après avoir vérifié que les conditions sont remplies, notamment la durée d'activité minimale de 1 an.
La recevabilité correspond à un « feu vert » pour la poursuite dans la démarche VAE, et ne donne aucune garantie de validation par le jury.

Tout dépend de la certification visée :

Diplôme de l’Éducation Nationale : DAVA du Rectorat (exemple : bac professionnel ou BTS Transports et Prestations Logistiques)
Titre à finalité professionnelle : Unité territoriale de la DIRECCTE (exemple : Titre professionnel conducteur sur porteur, Titre professionnel préparateur de commandes, TSMEL (Technicien Supérieur Méthode Exploitation Logistique). Pour savoir où retirer le formulaire de candidature et connaître les conditions particulières de recevabilité, cliquez ici.
Titre privé : organisme certificateur comme par exemple l’ISTELI d'AFTRAL pour le titre RPTP (Responsable Production Transport de Personnes), ou pour le titre RPTL (Responsable Production Transport Logistique), etc.

 

Pour que la demande soit recevable, il faut justifier d’une expérience d’au moins un an, que l’activité ait été exercée de façon continue ou non, en France ou à l'étranger. Le temps de formation initiale ou continue en milieu professionnel est pris en compte pour l’ensemble des demandeurs et non plus seulement pour les moins qualifiés.
Un accompagnement renforcé de certains publics peut être prévu et financé par un accord de branche.

Sont prises en compte les activités exercées en tant que :

  • Salarié (CDI ou CDD, agent du public, intérimaires...).
  • Non salarié (commerçant, collaborateur de commerçant, profession libérale, etc.).
  • Bénévole (activité syndicale ou associative).

Non. Il est seulement nécessaire de respecter les critères de recevabilité (1 année d’expérience…)

Oui. Sont prises en compte les activités exercées en tant que salarié, mais aussi les activités exercées en tant que non salarié et les activités bénévoles (activité syndicale ou associative).

Vous vous engagez sur l’honneur, pour la même année civile :

  • à ne pas présenter plus d’une demande pour la même certification,
  • à ne pas présenter plus de 3 demandes pour des certifications différentes.

La durée de l’expérience prend en compte l’activité exercée de manière continue ou discontinue à temps plein ou à temps partiel, en France ou à l’étranger.
Selon les organismes valideurs, le mode de calcul de la durée de un an peut varier, en lien avec la certification visée.

Sont prises en compte les activités exercées en tant que :

  • salarié (CDI ou CDD, agent du public, intérimaires...),
  • non salarié (commerçant, collaborateur de commerçant, profession libérale, etc.)
  • bénévole (activité syndicale ou associative).

Oui. Attention, 1 année d’expérience requise pour accéder à une démarche de VAE.

Oui. Les périodes de formation initiale ou continue, les stages et périodes de formation en milieu professionnel accomplis pour l'obtention d'un diplôme ou d'un titre ou d’un CQP sont comptabilisées dans la durée d'expérience requise.

Il vous transmet une notification écrite concernant la recevabilité de votre candidature, généralement dans un délai maximal de deux mois.

Comment monter un dossier « Accompagnement VAE »
Financement par l’OPCA Transports et Services
Dans le cadre du dispositif « Compte Personnel de Formation » (CPF)

CPF / SALARIÉ SEUL

Étape n°1

Le salarié crée son compte en suivant le lien suivant : https://espaceprive.moncompteformation.gouv.fr/sl5-portail-web/login 

Étape n°2
Le salarié crée son dossier de formation en ligne sur : http://espaceprive.moncompteformation.gouv.fr/sl5-portail-web/login
Le code CPF est 200 pour une demande « Accompagnement  VAE »

Étape n°3
Le salarié relève le N° d’identifiant de son dossier. Il en aura besoin lors du remplissage du dossier pour l’OPCA Transports et Services

Étape n°4
Le salarié télécharge sur ce lien, un dossier de demande de prise en charge : CPF « Salarié seul » sur le site de l’OPCA Transports et Services et l’envoie complété et signé avec les pièces nécessaires à l’adresse suivante :
OPCA Transports et Services
66 Avenue du Maine 75996 PARIS CEDEX 14

Étape n°5
L’OPCA Transports et Services répondra au salarié par courrier dans les plus brefs délais (et au plus tard dans les 45 jours) en précisant le montant pris en charge des frais liés à l’accompagnement.

CPF / SALARIÉ ACCOMPAGNÉ

Vous êtes un salarié et votre démarche est accompagnée par votre entreprise.
 

Étape n°1
Faire une demande par écrit à votre employeur : 60 jours avant le début de la formation pour les actions inférieures à 6 mois calendaires, 120 jours avant le début de la formation pour les actions supérieures à 6 mois calendaires. Vous trouverez un modèle de courrier à adresser à votre employeur.

Étape n°2
Le salarié crée son compte en suivant le lien suivant  : https://espaceprive.moncompteformation.gouv.fr/sl5-portail-web/login
Ce compte vous suivra toute votre vie professionnelle.

Étape n°3
Le salarié crée son dossier de formation en ligne sur www.moncompteformation.gouv.fr
Le code CPF est 200 pour une demande « Accompagnement  VAE »

Étape n°4
Le salarié relève le N° d’identifiant de son dossier et le communique à l’entreprise qui en aura besoin lors du remplissage du dossier pour l’OPCA Transports et Services

Étape n°5
L’entreprise télécharge sur ce lien ,  un dossier de demande de prise en charge : CPF « Salarié accompagné par son entreprise » sur le site de l’OPCA Transports et Services et l’envoie complété et signé avec les pièces nécessaires à l’adresse suivante :

OPCA Transports et Services
66 Avenue du Maine 75996 PARIS CEDEX 14

Étape n°6
L’OPCA Transports et Services répondra à l’entreprise dans les plus brefs délais (et au plus tard dans les 45 jours si c'est une entreprise de -11 salariés ; au plus tard dans les 30 jours si c'est une entreprise de +11 adhérente) pour lui donner le montant de prise en charge des frais liés à l’accompagnement.

 

Demande de Financement au FONGECIF pour un « accompagnement VAE »

 

Pour obtenir un dossier de financement « VAE » afin de faire prendre en charge le coût de la demande de validation (accompagnement) et éventuellement les salaires et cotisations sociales lors du congé VAE, vous devez prendre contact avec le FONGECIF de votre région : http://www.moncepmonfongecif.fr/votre-conseiller

La VAE peut être financée sur votre temps de travail ou en dehors

  • Si vous êtes salarié en CDI
    Aucune condition d’ancienneté n’est requise. Le congé VAE est de droit.
  • si vous êtes salarié en CDD
    Vous devez avoir travaillé vingt-quatre mois, consécutifs ou non, en qualité de salarié, quelle qu’ait été la nature des contrats successifs, au cours des cinq dernières années. Lorsque vous souhaitez entreprendre une démarche de VAE à votre initiative, vous avez droit à un congé pour VAE (CVAE) d’une durée de 24 heures, consécutives ou non (Congé Individuel de Formation). Ce congé vous permet de vous absenter sur votre temps de travail, soit pour participer aux épreuves de validation, soit pour bénéficier d’un accompagnement à la préparation de votre validation.

Comment procéder ?

Vous devez faire une demande d’autorisation d’absence à votre employeur au plus tard soixante jours avant le début des actions de validation.

Cette demande doit préciser :

  • la certification visée, terme officiel pour désigner le diplôme, le titre ou le certificat de qualification professionnelle (CQP) ;
  • la dénomination de l’organisme certificateur (l’organisme qui délivre les certifications dont il est responsable) ;
  • les dates, la nature et la durée des actions en vue de la validation.

Votre employeur doit vous faire connaître sa réponse, par écrit, dans les trente jours suivant la réception de votre demande.
S’il ne peut refuser le bénéfice du CVAE, il peut toutefois reporter l’autorisation d’absence de six mois au maximum pour des raisons de service, qui doivent être explicitées dans la réponse écrite. Un délai de franchise d’un an devra être respecté pour obtenir une nouvelle autorisation.

Oui. Les compétences acquises au travail sont vérifiées par un jury, qui peut décider :
Une validation totale : lorsque toutes les conditions sont réunies. C’est le jury qui attribue donc la certification
Une validation partielle : le jury précise dans ce cas la nature des connaissances et aptitudes devant faire l'objet d'un contrôle complémentaire. Il n’y a pas de limitation de durée pour compléter son expérience ou suivre une action de formation.
Pour les diplômes et titres relevant de l'enseignement supérieur, il n'existe pas de délai maximum.

Deux possibilités :

  • soit refus total et aucun recours possible. L’accompagnateur peut définir les modalités de réalisation de son projet professionnel (mise en place d’un parcours de formation),
  • soit validation partielle : le jury précise dans ce cas la nature des connaissances et aptitudes devant faire l'objet d'un contrôle complémentaire. Le candidat doit alors compléter son expérience ou suivre une action de formation, sans limitation dans le temps. Pour les diplômes et titres relevant de l'enseignement supérieur, il n'existe pas de délai maximum.

Le jury précise dans ce cas la nature des connaissances et aptitudes devant faire l'objet d'un contrôle complémentaire. Le candidat doit alors compléter son expérience ou suivre une action de formation, sans limitation dans le temps. Pour les diplômes et titres relevant de l'enseignement supérieur, il n'existe pas de délai maximum.

Oui. Une fois que vous aurez complété votre expérience ou suivi une action de formation (sans limitation dans le temps) vous devrez obligatoirement repassé devant le jury.

Il n’y a pas de limitation dans le temps pour valider les connaissances, aptitudes et compétences manquantes.

Non. Le jury précise la nature des connaissances et aptitudes devant faire l'objet d'un contrôle complémentaire. Le candidat peut compléter son expérience ou suivre une action de formation tout au long de sa vie professionnelle. Pour les diplômes et titres relevant de l'enseignement supérieur, il n'existe pas de délai maximum.

Vous pouvez envisager de recommencer intégralement la démarche ou d’envisager d’autres voies/possibilités :
en réalisant un bilan de compétences pour réorienter votre projet professionnel ;
en vous engageant dans un parcours de formation ;
en déposant un dossier de VAE pour une certification, plus en adéquation avec votre expérience ;
en trouvant des solutions pour acquérir une expérience supplémentaire.

Ce qui est gratuit :

  • Conseil,
  • Choix du diplôme Dossier de recevabilité (sauf pour certaines universités),
  • Inscription au diplôme (sauf universités),
  • Évaluation du jury (à vérifier selon certificateur).

Ce qui est payant :

  • Accompagnement (facultatif mais très recommandé),
  • Formation complémentaire,
  • Organisation du jury selon certificateur.

La plupart du temps, l’intégralité des frais sont inclus dans le coût de l’accompagnement. L’accompagnement étant facultatif, les coûts d’organisation de jury, les frais d’inscription… peuvent être pris en charge. Cliquer ICI pour la carte Délégation Régionale

A l’issue du passage devant le jury, les actions de formation complémentaires nécessaires à l’obtention de votre certification pourront éventuellement être prises en charge dans le cadre d’une demande de CIF – Congé Individuel de Formation.
En cas de refus ou de prise en charge partielle de votre demande par l’OPACIF, il vous appartient de financer votre projet ou apporter le complément de financement requis à l’aide du CPF.
Vous pouvez également demander une participation à votre employeur, bien qu’il n’ait pas d’obligation d’accepter.

Aux organismes certificateurs ou aux CEP.

Il arrive que le jury ne valide par la VAE qu’une partie de diplôme. Pour obtenir le diplôme, il faut alors compléter la formation, soit par une formation classique, soit en justifiant d’une expérience complémentaire. Les parties de certification obtenues en VAE sont acquises définitivement.

L’organisme valideur (ou certificateur) est certifié pour délivrer un titre, un diplôme ou un certificat de qualification professionnelle. Sa mission est de :

Accueillir et informer les candidats.
Effectuer une étude personnalisée des demandes.
Expertiser la recevabilité des dossiers de candidatures.
Accompagner les candidats dans leur parcours VAE.
Organiser les jurys et délivrer les diplômes.

Toute personne, quels que soient son âge, sa nationalité, son statut et son niveau de formation, et qui justifie au moins d’une année d’expérience en rapport direct avec la certification visée, peut prétendre à la VAE.
Cette certification qui peut être un diplôme, un titre ou un certificat de qualification professionnelle doit être inscrite au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).
Plateformes collaboratives (Uber…) :  Les travailleurs indépendants qui recourent, pour leur activité professionnelle, à une ou plusieurs plateformes bénéficient du droit à la formation des non-salariés. S’ils ont une activité significative sur une plateforme (chiffre d’affaires minimum), celle-ci prendra en charge leur contribution Formation et, le cas échéant, les frais d’accompagnement s’ils demandent une VAE. Elle leur versera une indemnité dans ce dernier cas (décret à paraître). 

Non. Le bilan de votre parcours professionnel s’appelle le bilan de compétences. Il vous permet de faire le point sur vos compétences, aptitudes et motivations et de définir un projet professionnel ou de formation.
Je veux faire un bilan de mon parcours : Bilan de compétences

Oui. La validation des acquis de l’expérience permet d’obtenir un diplôme, un titre professionnel, un certificat de qualification professionnel, grâce à la prise en compte de son expérience professionnelle et/ou personnelle. Un conducteur/trice avec 20 années d’expérience pourra envisager de valider un CAP CR (certificat d’aptitude professionnelle de conducteur routier) ou un TP CTRMP ou CTRIV (Titre professionnel Conducteur du Transport Routier de Marchandises sur Porteur ou Conducteur du Transport Routier Interurbain de Voyageurs).

Non. L’objectif d’une VAE est d’obtenir une certification en lien avec le métier exercé. Cependant un magasinier peut envisager de valider via la VAE un TP préparateur de commandes, ou éventuellement un BAC Pro Logistique en fonction de son expérience.

Grâce à la VAE, vous valoriserez votre expérience et attesterez de votre qualification réelle.
Vous serez mieux armé pour vous réinsérer, changer d’emploi, évoluer dans votre carrière.

Oui. La VAE peut vous permettre d’acquérir une qualification nécessaire pour l’évolution souhaitée.

Oui. Dans le cadre de la VAE, votre  expérience va être prise en  compte pour obtenir un diplôme ou un titre à finalité professionnelle.
Une personne qui a quitté l’école sans qualification, qui a obtenu ses permis lors de son service national peu prétendre à la validation d’une certification (TP CTRIV : Titre professionnel Conducteur du transport Routier Interurbain de Voyageurs / CAP de Conducteur Routier) par la VAE.

Oui. La VAE vous permettra de faire reconnaître vos compétences et d’évoluer professionnellement.

Non. La VAE ne donne pas nécessairement lieu à une augmentation de la rémunération. C’est seulement le cas si la convention collective le prévoit ; la plupart du temps, les salariés ont déjà le coefficient équivalent à la certification visée.

Oui. La VAE n’étant pas une action de formation mais une reconnaissance de l’expérience acquise. Le temps consacré à cette démarche est moindre et réparti en prenant en compte les contraintes professionnelles de chacun.
Exemple : la durée d’une formation initiale de conducteur routier sur tous véhicules est de 665 heures. La validation de cette certification via la VAE est de 1 année d’expérience minimum + 24 heures d’accompagnement.

La validation des acquis de l’expérience vous permettra d’obtenir un diplôme, une certification de qualification professionnelle (CQP) ou un titre professionnel, par reconnaissance de votre expérience professionnelle et/ou personnelle.

A tout moment de l’année. Attention, il est conseillé de se renseigner sur le calendrier des sessions de validation des examens (jury).

Tout dépend de la certification visée et de votre investissement à constituer votre dossier pour le passage devant le jury.
A noter qu’en moyenne, la durée peut varier de 3 mois à 12 mois

Vous pouvez vous adresser aux opérateurs de CEP - Conseil en Évolution Professionnelle - des « Points Relais Conseil » et organismes certificateurs et de formation, des structures de proximité portées par des organismes ou institutions tels que Pôle Emploi, des missions locales...

Il faut que la certification visée soit en rapport avec l’expérience professionnelle et/ou personnelle. Vous pouvez consulter le moteur de recherche pour trouver les certifications qui vous sont accessibles en fonction de votre expérience.

Vous pouvez vous adresser aux opérateurs de CEP - Conseil en Évolution Professionnelle - des « Points Relais Conseil » et organismes certificateurs et de formation, des structures de proximité portées par des organismes ou institutions tels que Pôle Emploi, des missions locales...
Consultez la liste des opérateurs CEP
Consultez la liste des PRC

CAP Conducteur Routier TP Conducteur Routier sur Porteur TP Conducteur Routier sur tous Véhicules TP Conducteur Routier du Transport Interurbain de Voyageurs.
Toutes les certifications conduite 

Exploitant : BTS Transports et prestations logistiques, TSTL, RPTL…
Manutentionnaire : TP Préparateur de Commandes, TP cariste d’entrepôt…
Logistique : BAC PRO Logistique, TSMEL, REL…

Les épreuves de validation se déroulent dans les centres de formation agréés ou dans les établissements scolaires.

Tout dépend de la certification visée et du nombre de candidats. Exemple :
REL/RPTL/TSMEL : 1 jury par an.
TP conducteurs / TP Logistique : plusieurs sessions possibles par an.

Parfois. Des frais liés à l’inscription et à l’organisation du jury peuvent être fixés. Ces éléments sont variables en fonction du certificateur, qui pourra vous donner les éléments de réponse.

L’employeur peut reporter un congé pour VAE pour raisons de service. L'employeur dispose d'un délai de 30 jours suivant la réception de la demande pour faire connaître par écrit au salarié son accord ou les raisons de service motivant le report de l'autorisation. Ce report ne peut toutefois excéder 6 mois à compter de la demande (C. trav., art. R. 6422-4). Concrètement, le congé pour VAE peut être reporté si l’absence du salarié aux dates envisagées a, par exemple, des conséquences préjudiciables sur le fonctionnement du service auquel il appartient.
De plus, l'employeur ne peut opposer un refus au salarié que dans des cas limités :

  • le but du congé ne correspond pas à la définition légale de l'article L. 6313-11 du code du travail ; 
  • le congé excède la durée légale maximale ou, le cas échéant, la durée conventionnelle maximale ; 
  • le salarié ne remplit pas la condition d'expérience professionnelle minimale ;
  • le salarié demande un nouveau congé avant le terme du délai de franchise ;
  • le salarié n'a pas respecté le délai pour adresser la demande de congé à l'employeur.

Oui. Il est fortement conseillé au salarié d’être accompagné. L’accompagnement vous offre des chances supplémentaires d’aller jusqu’au bout de la démarche et d’obtenir de meilleurs résultats. Cette étape de l’accompagnement débute à compter de la décision de recevabilité.

Non mais il est fortement conseillé au salarié d’être accompagné. L’accompagnement vous offre des chances supplémentaires d’aller jusqu’au bout de la démarche et d’obtenir de meilleurs résultats. Cette étape de l’accompagnement débute à compter de la décision de recevabilité.

Toute personne ou organisme public ou privé peut proposer des prestations d’accompagnement. Le candidat peut donc se faire accompagner par la personne et ou l’organisme de son choix. Cependant, si vous demandez la prise en charge de cet accompagnement, celui-ci peut avoir des exigences vis-à-vis de la structure qui vous accompagne.

L’accompagnement est une aide méthodologique pour :

  • Expliciter vos activités et faire la preuve de vos compétences acquises en rapport avec le référentiel de la certification visée.
  • Prendre conscience des écarts existants avec la certification visée.
  • Constituer son dossier de validation. Préparer son entretien devant le jury.
  • Se préparer à la mise en situation professionnelle pour les titres privés et les titres professionnels.
  • S’assurer de l’inscription du candidat auprès du certificateur.

Cette étape vous demande implication et disponibilité, mais elle est fortement recommandée.

Dès la notification de recevabilité du certificateur et prise en charge financière.
L'accompagnement peut durer selon les cas, entre 10 et 24 heures, en individuel ou avec un petit groupe.

Oui. Certains organismes peuvent prendre en charge l’accompagnement.

Pour un salarié, le coût peut être pris en charge par son entreprise ou l’OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé) dans le cadre de la professionnalisation ou du CPF (Compte personnel de formation) ou par l’OPACIF (exemple FONGECIF) dont dépend l’entreprise.

La VAE peut être financée
par le CPF, Compte Personnel de Formation,
avec un Congés VAE,
par l’intermédiaire du Plan de formation de l’entreprise.

L'accompagnement peut durer selon les cas, entre 10 et 24 heures, en individuel ou avec un petit groupe.

Oui. Il vous est demandé de décrire votre réalité professionnelle en lien avec la certification visée (activités, tâches, missions…) sous forme d’un écrit.
Tous les éléments seront repris dans un document officiel nommé DP – Dossier Professionnel .

Il n’est pas conseillé de mener cet accompagnement totalement à distance. L’accompagnement peut se dérouler en face à face mais des temps d’échange à distance (téléphone, mails…) peuvent être envisagés, ainsi que des ateliers collectifs.

Votre accompagnement peut se dérouler pendant votre temps de travail ou hors temps de travail, en fonction du dispositif de financement sollicité et de l’organisation fixée avec votre entreprise.

Non. La VAE est une valorisation de l’expérience et non une formation. La formation pourra être envisagée seulement à l’issue du passage devant le jury, en cas de validation partielle. Les parties de certification obtenues en VAE sont acquises définitivement et vous pourrez valider les compétences manquantes par une expérience complémentaire ou par une formation tout au long de votre vie professionnelle.

Non, ce n’est pas une formation, seulement un accompagnement dans la préparation du dossier

Les compétences acquises au travail sont vérifiées par un jury, qui peut décider :

  • Une validation totale : lorsque toutes les conditions sont réunies. C’est le jury qui attribue donc la certification
  • Une validation partielle : le jury précise dans ce cas la nature des connaissances et aptitudes devant faire l'objet d'un contrôle complémentaire. Le candidat doit alors compléter son expérience ou suivre une action de formation, sans limitation dans le temps. Pour les diplômes et titres relevant de l'enseignement supérieur, il n'existe pas de délai maximum.

Le jury est obligatoirement composé de professionnels.
Des enseignants, des responsables pédagogiques peuvent également faire partie du jury, en fonction de la certification visée.

Non, ce n’est pas un examen. Son principe repose sur le présupposé que vous avez les compétences et les connaissances théoriques et pratiques requises pour obtenir sans formation le diplôme que vous visez. C'est ce qu'il faut démontrer.
Cependant, en fonction de la certification, une épreuve pratique vous sera imposée.

Le jury vérifie si les acquis du candidat correspondent aux compétences, aptitudes et connaissances exigées par le référentiel du diplôme.
Le dossier sert de base de discussion avec les membres du jury en cas d’entretien avec le salarié. Il peut vérifier la compréhension et la vision globale que le candidat a du métier.
En cas de mise en situation (Titres du Ministère de l’emploi), le jury vous observe en situation de travail - réelle ou reconstituée -, dans des conditions proches d'un contexte professionnel pour vous permettre de faire la démonstration de vos compétences.

La décision prononcée par le certificateur et l’envoi de la notification de recevabilité se fait dans les 2 mois, et reste valable 1 an.